ACTUALITÉS

Soutenez SOS Faune sauvage en utilisant le moteur de recherche Lilo !

Notre projet vient d’être présélectionné par Lilo, la plateforme qui finance des projets sociaux et environnementaux. 
En utilisant Lilo, vous financez gratuitement SOS Faune Sauvage et c’est super simple !

Comment ça marche ?

1-Rendez-vous sur http://www.lilo.org/?utm_source=sos-faune-sauvage pour utiliser le moteur de recherche Lilo.
2-Faites vos recherches au quotidien avec Lilo pour gagner des gouttes d'eau.
3-Cumulez au minimum 50 gouttes d'eau pour effectuer un 1er versement, sinon votre soutien ne sera pas comptabilisé. (les versements suivants se font sans minimum)
4-Pour verser, allez sur notre fiche projet http://www.lilo.org/fr/sos-faune-sauvage/… 
5-Après le 1er versement, vous pouvez verser régulièrement vos gouttes d'eau à tout moment et sans minimum en vous rendant directement sur notre fiche projet http://www.lilo.org/fr/sos-faune-sauvage/…

 

On compte sur vous !

Pourquoi et comment les nourrir en hiver ?

L’hiver est la saison durant laquelle il est conseillé de nourrir les oiseaux même lors d’hivers assez doux car leurs ressources alimentaires disponibles sont réduites et ils ont besoin d’aide de la fin octobre à la mi-mars.

Autre aspect important : l’hygiène des mangeoires. Il est important de les nettoyer et les désinfecter régulièrement afin d’éviter la transmission de maladies par les fientes ou les restes d’aliments. Les lieux de nourrissage étant des zones de contact entre les oiseaux, ceux-ci contractent plus facilement des pathologies. Les mangeoires tables ou plateaux sont plus exposées aux risques d’infection que les distributeurs automatiques ou mangeoires à trémie.

 

Voici donc quelques conseils très simples :

  1.  Privilégiez les mélanges de graines, boules de graisse, beurre et margarine, pommes. Évitez les aliments salés et sucrés, le lait, le pain et les dérivés (viennoiseries, gâteaux etc.)
  2. Nettoyez les mangeoires chaque semaine en raclant les graines pourries et les fientes : ne pas laisser ces déchets au sol, les jeter à la poubelle pour qu’ils ne soient pas consommés par les oiseaux
  3. Pensez à mettre de l’eau aux oiseaux. Les oiseaux ont soif même en hiver et ils ont besoin de se nettoyer le plumage.  Pensez aussi à changer l’eau régulièrement et à nettoyer et le récipient pour éviter la prolifération de bactéries

 

 

-          Au début du printemps, nettoyer et ranger les mangeoires.

 

Un dernier conseil : Si vous avez commencé à nourrir les oiseaux au début de l'hiver, n'arrêtez pas de le faire brusquement : les oiseaux habitués à venir chez vous auraient alors beaucoup de mal à chercher de la nourriture ailleurs.

 

Que vous ayez un jardin ou un balcon, nourrir les oiseaux est également une super occasion d’observer des espèces qui sont en général assez discrètes et s’approchent peu des habitations (mésanges, grives, troglodytes…).

 

 

Spectacle garanti !

Un pensionnaire un peu inhabituel…

Nous accueillons depuis début janvier un grèbe huppé, cet oiseau sédentaire qui vit à proximité immédiate des étangs, cours d’eau et autres marais. 
Trouvé sur le bord de la route du côté de Royère de Vassivière, il a été amené au Centre pour y recevoir des soins car il était très affaibli et se déplaçait difficilement.
Surpris par une voiture ? Désorienté ? Ou juste affaibli ? … difficile de dire précisément ce qui lui est arrivé. Mais bonne nouvelle, après un passage de quelques jours en infirmerie, notre grèbe reprend tranquillement vitalité et poids !
Il est actuellement dans l’une de nos volières de réadaptation jusqu’à son relâcher prévu au mois de février. On vous en reparle bientôt !

Lire la suite

-le piège des conduits de cheminée

De nombreuses chouettes se laissent tromper par les entrées d’air des cheminées. Pensant y trouver refuge elles glissent le long du conduit et s’y retrouvent piégées. 

Une fois à l’intérieur en raison de l’étroitesse du conduit et des parois lisses, elles ne peuvent ni déployer leur ailes, ni tenter de grimper. Les plus chanceuses peuvent tomber dans un insert ouvert et pourront repartir. Mais pour la grande majorité ce piège est souvent mortel. Bien souvent les conduits sont inaccessibles : appartement, clapet d’ouverture… ou des feux sont allumés.

Arrivée au centre la semaine dernière, une première chouette hulotte a passé plus de 5 jours dans un conduit, extrêmement affaiblie et déshydratée elle présente de nombreuses plaies et fractures du à sa position dans le conduit. Actuellement en soin, elle devrait pouvoir retrouver sa liberté d’ici quelques semaines. La seconde chouette hulotte n’aura pas cette chance. Arrivée en détresse respiratoire, en raison de l’inhalation des poussières de suie, elle a été immédiatement placée sous oxygène. Malheureusement cela n’aura pas suffit…

Il existe une solution pour remédier à ce problème, lors du ramonage annuel de votre conduit, vous pouvez faire installer un filet autour de votre entrée d’air. Le filet n’entrave pas l’évacuation des fumées et peut éviter aux oiseaux de se retrouver piégés dans votre conduit.

Lire la suite

-La méthode du taquet-

Chaque année le centre recueille des dizaines de poussins de chouettes et de hiboux dont les nids ont été détruits ou dont les parents sont morts.

Après avoir été élevés et s’être exercés au vol et à la chasse dans les volières du centre, il est temps de pour eux de réintégrer leur milieu. Pour ce faire nous avons installé un nichoir de transition, en s’inspirant du taquet, sur un site préservé sur la commune de Glénic (23). Cette méthode permet aux rapaces de se familiariser avec leur nouvel environnement et ainsi de s’émanciper progressivement.

Grâce une caméra placée face du nichoir nous pouvons observer leur comportement et ainsi s’assurer de leur faculté d’adaptation et d’acclimatation et intervenir le cas échant. Pour la troisième année consécutive ce « taquet » a permis à plus de 15 rapaces de retrouver leur milieu en toute sécurité.

Un très grand merci aux bénévoles et à l'association Vie-vents en Creuse, qui accueillent ce nichoir sur leur terrain, de leur participation et de leur implication dans la protection de notre environnement.

Lire la suite